• la nouriture de l'estrême

    La nourriture de l'extrême

     Aux âmes sensibles s'abstenir , les images peuvent être choquantes mais elles sont vraies !

    Reportage ,fait en 3 parties, pour ma part, le viande, je ne connais plus !

    La nourriture est essentielle à notre survie. Certains s'en délectent, d'autres mangent par nécessité simplement, mais tous se rejoignent dans cette quête vitale. Mais il faut garder à l'esprit que ce qui peut nous répugner, peut tout à fait être un mets délicieux et très recherché ailleurs.

    La nourriture sert dans certains cas à différencier une culture d'une autre, c'est plus ou moins flagrant selon les régions, voir les pays.

    Notre langue elle, ne ferait pas forcément la différence entre tel ou tel aliment, mais notre culture, ce dont nous sommes entourés depuis notre plus jeune âge, nous pousse à rester enfermés au centre de certaines barrières.

    En Chine, le pénis animal est souvent utilisé dans divers mets, il ne l'est pas pour son goût, mais plutôt pour ses 'vertus'. Les hommes pensent en effet accroître leurs performances ou leur libido en en dégustant.

    Chez nous, en manger serait associé à l'homosexualité, même si le raccourci est vite fait.

    Cet acte perturbant va nous sembler tabou, voir dégoûtant ou absolument anormal, car le sexe représente le pouvoir et le manger reviendrait à se rabaisser psychologiquement.

    La culture chinoise gustativement parlant, n'est pas un cas unique puisque nombreux sont les étrangers qui ingère des choses dont nous ne nous approcherions même pas.

    Ainsi au Venezuela, les mygales sont mangées comme du petit pain, pour leurs qualités nutritives principalement.

    Si vous êtes comme moi, arachnophobe, vos poils sont sûrement hérissés de tout leurs long !

    Les insectes sont bon marché et pleins de protéines, voilà pourquoi ils sont dégustés dans de nombreux pays pauvres.

    Notre nourriture peut aussi dégoutter d'autres contrées.

    En effet, nous mangeons du fromage, ce qui répugne les Chinois.

    D'autres ne comprennent pas comment il nous est possible de manger du cheval, alors que nous vivons en harmonie avec. Nous les considérons comme des compagnons et en sommes proches, d'où leur incompréhension.

    La consommation de la viande de cheval a été interdite fût un temps par l'église, puisque cet acte était considéré comme barbare et païen, mais les mentalité ont changé.

    Et les qualités nutritives de cette viande ont fait le reste.

    Le fait d'éprouver du dégoût pour de la nourriture revient à ressentir du dégoût pour ceux qui s'en délectent. Les tabous concernant la nourriture ont souvent des origines culturelles, mais rien n'est impossible et les barrières peuvent tomber, il suffit pour cela de goûter sans aucun a priori.

    Dans certaines régions d'Asie, des œufs contenant des cadavres de canards sont consommés couramment, c'est pour certains un mets raffiné.

    Il faut avouer que rien que l'idée de manger un œuf contenant un embryon mort donne la nausée. Pourtant plus de 85 % des philippins en mangent, puisque c'est une gourmandise pour eux.

    Cette friandise les rendrait performant sexuellement parlant et bien plus agiles, la nuit j'entends bien. C'est bien entendu un effet placebo, mais le principal est qu'ils y croient.

    Nous avons tous des tabous concernant la nourriture, mais les occidentaux ne font pas mieux que d'autres et consomment également de la nourriture qui en déroutent certains.

    Mais dans tous les cas, il faut garder à l'esprit que ce que l'être humain ingère reflète ce qu'il est.

     


     

     


     

     


     

     

     

    « Tout savoir sur l’inflammation: la racine de toutes les maladiesLe miso, c’est quoi exactement ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter